Familles d'oiseaux

Mojua à tête jaune

Pin
Send
Share
Send
Send


Après avoir analysé l'ADN des oiseaux chanteurs néo-zélandais du genre Mohoua, les ornithologues de l'Université Massey à Auckland ont conclu qu'ils formaient une famille distincte dans l'ordre des passereaux. La famille a reçu le nom latin Mohouidae. Cela a été rapporté par le Journal of Ornithology.

Ce genre comprend trois espèces: le mojua à tête blanche (Mohoua albicilla), le mojua à tête jaune (Mohoua ochrocephala) et le mohua de Nouvelle-Zélande (Mohoua novaseelandiae). Auparavant, le genre était inclus dans la famille plus large des Pachycephalidae, qui est désignée dans la littérature russe sous le nom de "siffleurs australiens".

Après la construction d'un arbre phylogénétique de ces oiseaux sur la base de l'analyse de l'ADN nucléaire et mitochondrial, il s'est avéré que leur ancêtre commun s'était séparé des passereaux, quel que soit l'ancêtre auquel d'autres genres de siffleurs australiens remontent. Par conséquent, les biologistes ont déclaré que le genre Mohoua était une famille distincte.

Il est intéressant de noter que ces trois espèces sont unies par le fait que le koel à longue queue (Eudynamys taitensis) de la famille des coucous ne pond ses œufs que dans leurs nids. L'un des auteurs de l'étude, Luis Ortiz-Catedral, est convaincu que cela aidera à l'avenir à mieux comprendre la co-évolution du parasite du nid et des espèces hôtes.

Accueil> Résumé> Histoire

Mohoua ochrocephala
(Gmelin, 1789)

Taxonomie
sur Wikisource
Images
sur Wikimedia Commons

Mojua à tête jaune (lat.Mohoua ochrocephala) est un petit oiseau insectivore de la famille australienne des siffleurs. Endémique de l'île du Sud de la Nouvelle-Zélande.

Le mojua à tête jaune s'est développé sur l'île du Sud, tandis que le mojua à tête blanche s'est développé sur l'île du Nord et sur plusieurs petites îles voisines. Dès les années 1800, l'espèce était répandue, en particulier dans les forêts de hêtres de Nelson et Marlborough jusqu'à la région du Southland et de l'île Stewart. Au début du 20e siècle, la population de l'espèce a été considérablement réduite en raison de l'introduction de rats et de martres. Aujourd'hui, l'espèce a disparu de 75% de son aire de répartition d'origine. En Nouvelle-Zélande, l'espèce a obtenu le statut de conservation en danger et est classée en danger par l'UICN. Pour préserver l'espèce, le mojua à tête jaune a été installé sur plusieurs îles exemptes de prédateurs telles que l'île de Breaksea dans le parc national de Fiordland et l'île d'Ulva.

Le mojua à tête jaune est présenté au dos du billet de 100 $ néo-zélandais.

Boehme R.L., Flint V.E. Un dictionnaire en cinq langues de noms d'animaux. Des oiseaux. Latin, russe, anglais, allemand, français. / sous la direction générale d'Acad. V.E.Sokolova. - M.: Rus. lang., "RUSSO", 1994. - P. 349. - 2030 exemplaires. - ISBN 5-200-00643-0

Pin
Send
Share
Send
Send